Isolation des combles, quelques précautions à prendre

’attention des professionnels de l’isolation doit donc se porter sur la prévention de tout risque d’incendie. Si les propriétés de déphasage de la ouate de cellulose en font un isolant thermique performant, les facteurs de mise en œuvre nécessitent un respect scrupuleux des règles de pose pour éliminer tout piège à chaleur.

flèche vers le bas

Alors que le dispositif Coup de pouce économies d'énergie permet d’envisager l’isolation des combles de son logement pour 1 €, l’Auxiliaire constate une recrudescence d’incendies et tient à rappeler à tous les professionnels que le budget ou le mode de financement d’un chantier ne doivent avoir aucune influence quant à l’exigence d’une sécurité absolue des occupants.

Mal isolée, une toiture peut accuser près de 30 % de pertes thermiques dans un bâtiment. Fiscalement incitative, l’isolation des combles fait partie de la panoplie des économies d’énergie à disposition des professionnels et maîtres d’ouvrage.

Si elle permet de lutter contre les déperditions d’une toiture, l’isolation des combles ne doit pas pour autant favoriser l’accumulation de chaleur provenant de différentes sources intrinsèques. Cette préoccupation est cruciale en présence de ouate de cellulose.

illustration null

L’attention des professionnels de l’isolation doit donc se porter sur la prévention de tout risque d’incendie. Si les propriétés de déphasage de la ouate de cellulose en font un isolant thermique performant, les facteurs de mise en œuvre nécessitent un respect scrupuleux des règles de pose pour éliminer tout piège à chaleur.

Autrement dit, un espace suffisant doit être prévu entre l’isolant et toute source émettrice de chaleur pour éviter une accumulation calorique pouvant initier un incendie.

Et sous une toiture, ces sources caloriques ne manquent pas. Elles constituent autant de pièges à déjouer au moment du soufflage, comme l’a rappelé l’Agence Qualité Construction dans son guide des bonnes pratiques (conduits de fumée, hotte aspirante, moteur de VMC, luminaires encastrés).

Ces pièges peuvent être répertoriés et neutralisés grâce à des opérations préalables à la mise en œuvre qui reposent sur le respect des règles et le sérieux de l’entreprise.

Ces visites préalables revêtent une importance capitale au travers de l’Avis Technique en cours de validité :

« (…) il y a lieu pour l’entreprise de pose de :

  • s’assurer auprès du Maitre d’Ouvrage de la conformité des installations électriques avant la pose de l’isolant,
  • respecter les prescriptions prévues au dossier technique et dans le CPT 3693_V2 sur :
  1. la protection des spots encastrés dans le plafond,
  2. la distance minimale vis-à-vis des conduits de fumée. »

L’Auxiliaire insiste sur ces règles élémentaires de respect des écarts au feu et de protections pour les spots encastrés et les éléments électriques susceptibles de dégager de la chaleur.

Cette préoccupation doit être le modus operandi des poseurs. Elle est capitale si l’on souhaite éviter :

  • Un transfert thermique à la ouate de cellulose qui peut s’enflammer,
  • La formation d’un piège à calories dans l’isolant susceptible d’enflammer un appareil électrique ou des éléments combustibles sous-jacents.

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à contacter votre interlocuteur habituel à l’Auxiliaire.

illustration null

À lire aussi

Réussir son chantier de rénovation en étant bien assuré !

L'assurance décennale, comment ça marche ?

L'assurance Tous Risques Chantier, qu'est-ce que c'est ?

Les mentions obligatoires sur les attestations d'assurance décennale

Réussir son chantier de rénovation en étant bien assuré !

L'assurance décennale, comment ça marche ?

L'assurance Tous Risques Chantier, qu'est-ce que c'est ?

Les mentions obligatoires sur les attestations d'assurance décennale

Réussir son chantier de rénovation en étant bien assuré !

L'assurance décennale, comment ça marche ?

L'assurance Tous Risques Chantier, qu'est-ce que c'est ?

Les mentions obligatoires sur les attestations d'assurance décennale